Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

instant réflexion

Une sage réflexion sur l'état du monde actuel…

"On se surprend à juger les patients de ne pas vouloir changer leurs habitudes de vie lorsqu'ils sont malades. On dit qu'ils ne veulent pas vraiment guérir qu'il ne veulent pas faire ce « sacrifice ». Mais pourtant, la société actuelle, avec son enseignement de la « maladie » les mènes vers la dépendance aux médicaments et au système de santé. Les gens ne comprennent ni leur corps, ni leur esprit ni les forces de la vie. Non plus les médecins..

Les épiceries sont majoritairement remplies de mal bouffe et tout semble normal. On irradie la nourriture pour tuer les bactéries qui y vivent et on tue à la fois tout ce qui lui reste de vivant. Pour des raisons économiques et politiques, on se déresponsabilise et on vend encore la cigarette. On est complètement engourdie par notre idée que la société nous veut du bien. On se croit libre de faire ses propres choix pendant qu'on est bombardé de publicités et gelé au sucre raffiné, au sel et au gras. La société n'est pas notre mère bienveillante, elle est plutôt une maîtresse d'orphelinat désintéressée et dépassée par les événements.

Il y a une grande dissonance entre ce que les médecins suggèrent comme changements alimentaires et ce qui nous est proposé à chaque jour dans les épiceries. Et ce sont les mêmes lobbies qui font la promotion de la médication qui dissimule des OGM dans le rayon des fruits et légumes. Et tout ce marketing fait autour de l'alimentation santé : sans sel, sans gras, sans sucre, étiquette bleue choix santé. Tenez-le pour dit, les vrais aliments santé ne se vantent pas d'être santé. Ils sont « low profil » et la liste de leurs ingrédients est minime.

Les gens s’essoufflent au travail, devant la télé et dans la société de loisir et ne prennent pas le temps de s'arrêter et de ressentir. Quand la fatigue frappe, il suffit d'aller acheter un "Red Bull" au dépanneur ou d'aller au resto du coin boire un café. Et un jour, c'est la maladie qui frappe et ce n'est pas la faute de personne. On peut maudire son médecin, Dieu, ou encore, sa mauvaise étoile. La personne malade pense être à part, isolée, affligée. En devant manger « sainement », elle croit devoir se priver de tout ce qui a de bon dans la vie, de tout ce qui l’interpelle sur les étiquettes colorées au super marché, de tout ce qui la fait saliver. Et son corps qui cri contre elle, qui a des rages de bouffes, qui souffre d'un tel traitement. Voyez-vous comment on est complètement à côté de la traque?

La médecine est depuis le début des temps honorée. Elle comprend la vie! Elle sauve des vies, elle est en contrôle. Malheureusement il n'en est pas ainsi. La médecine occidentale du moins, nous guide vers la dépendance et l'abrutissement. À l'école, on apprend qu'il existe la maladie, cet envahisseur auquel on doit se défendre. Pourquoi n'enseignons-nous pas la santé, l'homéostasie, cette force intelligente et constante provenant de la nature qui nous fait tendre vers la vie. Pourquoi ne pas dire aux enfants dès leur plus jeune âge, qu'ils sont responsables de leur santé et de leur états d'esprits. Parce que cela leur redonne leur pouvoir et la connaissance. Ils comprendront alors que leur corps, comme leur esprit, peut être soumis aux influencent de toutes sortes, qui le brouillent et le dénaturalisent.

Et si la maladie s'installait dans un corps déséquilibré par un mode de vie malsain et un état d'esprit négatif prolongé. Et si notre corps nous envoyait de multiples alertes bien avant que la maladie s'installe. Croyez-vous réellement qu'on se tape une dépression, ou encore, une crise du cœur sans aucun préavis? La société nous guide à nous déconnecter de soi-même et des signaux de notre corps. Comment croyez-vous que vous aller sentir ce qui se passe à l'intérieur, si vous êtes constamment en performance et dans votre tête à penser à tantôt.

Si l'individu n'est pas responsable de sa maladie et encore moins la famille, la société et les supers marchés, à qui la faute? Aux terribles virus?

Devenir responsable de sa santé, c'est reprendre son pouvoir et enfin connaître la vie."

Julie Cardinal Laberge

via sonya anvar